Select Page

Psaumes 5.2-4

Psaumes 5.2-4

Psaumes 5.2-4
Prête l’oreille à mes paroles, ô Éternel, entends mon gémissement! Mon roi et mon Dieu, sois attentif à la voix de mon cri, car c’est toi que je prie! Éternel, dès le matin tu entends ma voix; dès le matin je me tourne vers toi, et je regarde.

Certes, nous pouvons prier, mais si Dieu ne nous écoute pas, quel avantage en aurons-nous? Dans ces conditions, impossible d’obtenir une quelconque certitude. Qui pourrait dire où vont nos requêtes? Jamais nous ne pourrions avoir l’assurance qu’elles ont été entendues. Ce serait comme parler dans le vide, comme envoyer une bouteille à la mer, sans aucune garantie que quelqu’un entende un jour le message. C’est indiscutable, nul ne peut envier cette situation. Qui aime vivre dans le doute et la perplexité? Indéniablement, nous avons besoin d’un fondement solide sur lequel nous appuyer. À défaut, nous n’avons aucune légitimité pour nous approcher du trône de Dieu. D’ailleurs, qui aurait la présomption de le faire sans y être invité?

Maintenant, qu’en est-il? Sommes-nous autorisés à invoquer notre Dieu? Si oui, sur quelle base? Bien entendu, les Écritures ne nous laissent pas ignorants à propos de ce sujet essentiel. Le fait est qu’un fossé infranchissable sépare les hommes de Dieu. Tant que celui-ci n’est pas comblé, il est illusoire d’imaginer pouvoir s’en approcher. Comme chacun le sait probablement, le péché est cause de cette séparation. Tant qu’il subsiste, aucune relation n’est envisageable. En l’état, l’homme n’a aucune raison d’espérer un accueil favorable de la part de Dieu.

Seulement voilà, la venue de Jésus-Christ a tout changé. Si nous considérons l’Oeuvre qu’Il a accomplie, nous comprendrons que désormais la voie est libre. Il n’est plus d’embûche ni d’empêchement. À présent, nous pouvons approcher avec confiance. À la croix, le Christ a été fait péché pour nous. Il a subi le châtiment que nous méritions. En somme, le péché est aboli. Comprenons-le, Christ est la Pierre angulaire. Sur la base de Sa médiation, nous pouvons prier notre Dieu le cœur assuré. Oui, Il nous écoute! Telle est notre assurance ferme et inébranlable. Ne nous privons pas de cette grâce extraordinaire. Le psalmiste l’a affirmé: « Pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien […]. » N’en doutons pas, ce peut être aussi notre expérience dès maintenant!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *