Select Page

Psaumes 66.6

Psaumes 66.6

Psaumes 66.6
Il a changé la mer en terre sèche; on passait à pied dans le fleuve; là nous nous sommes réjouis en lui.

Finalement, si nous suivons le Berger, quel danger avons-nous à craindre? Certainement, nous devrons braver bien des périls sur la route. Toutefois, face à eux, ne laissons pas nos cœurs se fondre. C’est vrai, les ennemis sont nombreux, menaçants et parfois tellement impressionnants. Mais ne l’oublions jamais, notre Sauveur est puissant, tout pouvoir Lui a été donné dans le ciel et sur la terre. Après tout, que sont devant Lui les montagnes qui nous semblent infranchissables? Que sont devant Lui les vents impétueux et les eaux déchaînées qui s’élèvent pour nous barrer le passage? Il ne redoute ni les plus profonds abîmes pas plus que les cimes les plus élevées. Non, le Seigneur n’est certainement pas en peine de tout cela. Toujours, Il délivre Ses brebis pour leur faire emprunter un sentier uni!

Aussi, si aujourd’hui nous sommes las et fatigués, ne nous faut-il pas humblement admettre que c’est sans doute parce que nous avons oublié de nous reposer sur le Berger? Alors, nous le remarquons, le pas se fait de plus en plus lourd et les difficultés paraissent tout à coup insurmontables. Fort probablement, le sont-elles réellement pour nous. C’est-à-dire que, quant à nous, nous ne pouvons pas changer la mer en terre sèche, pas plus que nous ne pouvons passer à pied dans le fleuve. Force est de constater que nos ressources sont tellement limitées. La vérité est que si nous comptons dessus, bientôt nous serons à bout de forces et, avant longtemps, nous ne manquerons pas de nous égarer. Seul le Pasteur peut nous ouvrir la voie. Il est le seul qui puisse nous faire marcher en assurance.

Et maintenant, que nous reste-t-il à faire? Simplement écouter la douce voix du bon Berger. Voici le conseil que donne le Seigneur Jésus: « Ne crains point, crois seulement. » Les Écritures l’affirment, même les insensés ne peuvent s’égarer sur le chemin que le Seigneur montre à Ses rachetés. Quelle consolation pour nous qui ne savons discerner notre droite de notre gauche, n’est-ce pas? C’est pourquoi, veillons soigneusement à ce que nos yeux soient toujours fixés, non sur nos circonstances, mais sur Celui qui nous en rend victorieux! Oui, c’est une certitude, Dieu nous fait toujours triompher en Christ!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *