Select Page

Exode 14.21-22

Exode 14.21-22

Exode 14.21-22
Or, Moïse étendit la main sur la mer, et l’Éternel refoula la mer, toute la nuit, par un fort vent d’Orient; et il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. Et les enfants d’Israël entrèrent au milieu de la mer à sec; et les eaux leur formaient une muraille à leur droite et à leur gauche.

Y a-t-il ne serait-ce qu’une seule chose qui soit difficile à notre Dieu? Non, bien entendu! Chacun le sait! Cependant, combien de fois nos cœurs sont-ils troublés face à l’adversité? Combien de fois perdons-nous notre sérénité et notre paix face aux problèmes? Nous ne voyons pas de solution et nous nous agitons de toutes parts. N’est-ce pas s’appuyer sur le bras de la chair que d’agir ainsi? N’est-ce pas oublier que le Seigneur a domination sur tout? N’est-ce pas mettre en doute Sa capacité à nous sauver? Oui, nous devons bien l’admettre! C’est un fait, le cœur humain est incrédule et borné. Qui le contestera?

Arrêtons-nous un instant, levons les yeux et considérons le Seigneur. Puisque nous sommes assurés qu’Il est le Créateur des cieux et de la terre, ne nous apparaît-il pas comme une évidence que rien ne Lui est impossible? À n’en pas douter, qui peut le plus peut le moins! Les témoignages de la puissance de Dieu sont légions dans Sa Parole! Dieu a ouvert la mer Rouge, Il a arrêté la course du soleil, Il a fait sortir de l’eau d’un rocher, Il a envoyé la manne du ciel! Les exemples pourraient être multipliés indéfiniment! Par conséquent, ne mesurons pas les difficultés à l’aune de nos propres forces mais à celles du Seigneur!

En ce qui concerne le salut, qui d’entre nous aurait pu y prétendre? Nous savons tous et toutes qu’il n’était pas à notre portée. Chacun reconnaît qu’il ne pouvait y parvenir seul, n’est-ce pas? Néanmoins, toutes choses sont possibles à Dieu! Preuve en est que nous nous réjouissons aujourd’hui en Jésus-Christ dans l’attente du salut de Dieu qui doit être révélé! Le Christ est venu, sans rien pour attirer les regards, Il a été méprisé, abandonné et outragé. Pourtant, Il a porté nos péchés et s’est livré Lui-même pour nous. Qui aurait pu l’imaginer? Qui aurait pu envisager que le fossé qui nous séparait de Dieu pût être ainsi comblé? Personne, évidemment! Et malgré tout, nous ne pouvons que constater qu’il l’a été! C’est pourquoi, ne craignons plus, croyons seulement. Ayons pleinement confiance en Dieu! Sa grâce nous suffit, c’est une évidence! D’un cœur simple, recevons Sa Parole et mêlons-la de foi. Soyons-en sûrs, nous nous en trouverons bien et notre sentier sera uni!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *