Select Page

Jean 16.23-24

Jean 16.23-24

Jean 16.23-24
Et en ce jour-là vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité je vous dis, que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit accomplie.

Incontestablement, il est un sentiment qui afflige l’âme, celui de l’indifférence. Nous prions, mais maintenant le ciel semble d’airain, Dieu parait si lointain. À présent, toutes nos requêtes restent sans réponse comme si personne n’écoutait, comme si personne n’y avait le moindre égard. Après tout, s’il est ainsi, à quoi bon solliciter encore le Ciel? Si Dieu n’est pas là, s’Il ne prête pas l’oreille, alors nous parlons seuls, tout seuls. Evidemment, impossible d’exercer la foi dans de pareilles conditions. Le fidèle n’a aucun appui ferme.

Néanmoins, il y a une réponse à ces interrogations qui tourmentent tant de fidèles. « Nul ne vient au Père que par Moi », voici la déclaration du Christ, du Fils de Dieu. De fait, ceci met immédiatement en lumière une vérité fondamentale et incontournable: n’importe qui ne s’approche pas de Dieu n’importe comment. En réalité, qui s’y aventure n’a aucune garantie d’être reçu, et s’expose au risque de trouver porte close. En revanche, qui invoque le Nom de Jésus-Christ obtient audience, l’accès au trône de la grâce est assuré. Désormais, les choses sont tout à fait claires. Si la confiance de quelqu’un est en Christ, sa complète acceptation devant Dieu est acquise. C’est sûr, quiconque confesse le Fils a aussi le Père.

Dorénavant, cessons de laisser nos émotions, notre ressenti, nous dominer et prendre le contrôle. Nous disposons d’une parole, d’un roc solide, sur lequel fonder notre espérance. Il s’agit de croire, simplement de croire. Il s’agit de vivre par la foi. Par Christ, c’est une certitude, nous avons accès auprès du Père. Ceci est vrai, toujours vrai, quelle que soit notre appréciation de la situation. Nous ne voyons rien? Tout va mal? Qu’importe, persévérons! Oui, demeurons fidèles au Seigneur. Malgré tout, espérons en Lui. Il ne rejette ni n’abandonne aucun de Ses enfants. Au contraire, Il a soin d’eux. Non, Dieu n’est jamais ni en avance ni en retard, mais toujours à l’heure. C’est pourquoi, ne baissons pas les bras et continuons de demander. Bientôt, même très bientôt, nous recevrons, et notre joie sera accomplie.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *