Select Page

1 Corinthiens 1.27-29

1 Corinthiens 1.27-29

1 Corinthiens 1.27-29
Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages, et Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes, Et Dieu a choisi les choses viles du monde et les plus méprisées, même celles qui ne sont point, pour anéantir celles qui sont, Afin que nulle chair ne se glorifie devant lui.

Quelqu’un se glorifie-t-il de ses aptitudes intellectuelles, de son statut social ou de ses grandes richesses? Réalisons-le, notre Dieu, quant à Lui, n’en a que faire! Il ne fait pas de doute que le Seigneur n’est impressionné ni par un quotient intellectuel démesuré ni par un compte en banque bien garni. Devant Lui, le pauvre et le riche, selon ce monde, sont placés au même niveau. Tous deux sont pécheurs et dépourvus de toute justice. Que reste-t-il alors de tout le faste de l’homme et de tout son train? Rien, absolument rien. Le riche pense-t-il soudoyer Dieu avec son argent? Le sage croit-il bénéficier d’un passe-droit sous prétexte de son grand savoir? Certes, ce ne sont que des rêveries. Notre Juge serait-Il corrompu? Certainement pas!

Quel espoir reste-t-il maintenant pour l’homme? Un seul, celui d’un avocat qui se lève pour prendre sa défense. Voici, Jésus-Christ est cet Avocat et Il propose de nous revêtir de Sa propre justice. C’est ici le grand Amour de Dieu pour l’humanité. Il a donné Son propre Fils pour sauver les hommes. L’Oeuvre de la croix nous parle des souffrances endurées par le Sauveur pour satisfaire la justice de Dieu. Le châtiment qui nous apporte la paix est tombé sur le Christ. Le péché devait être condamné et il l’a été. L’Oeuvre est désormais achevée. Voici, la dette est acquittée, la rançon est payée.

Nous le réalisons, notre justification ou notre condamnation, ne repose en définitive que sur une seule question. Croyons-nous, oui ou non, au Nom du Fils de Dieu? L’homme orgueilleux, hautain et imbus de sa personne peut-il recevoir ce témoignage? N’est-il pas trop suffisant pour se soumettre à cette parole de grâce? Est-il en mesure de saisir le don de Dieu avec simplicité de cœur? Non, sans doute. Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Pour nous, que le Seigneur nous garde, dans Sa bonté, de nous élever et de présumer de nos forces, quelles qu’elles soient. Au contraire, soyons comme de petits enfants. Accueillons la Parole de Dieu avec douceur, sans dispute et sans bruit, en toute humilité!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *