Sélectionner une page

Psaumes 4.7-9

Psaumes 4.7-9

Psaumes 4.7-9
Plusieurs disent: Qui nous fera voir du bien? Fais lever sur nous la lumière de ta face, ô Éternel! Tu as mis dans mon cœur plus de joie, qu’ils n’en ont quand leur blé et leur vin sont abondants. Je me coucherai, je m’endormirai aussi en paix; car toi seul, ô Éternel, tu me fais reposer en assurance.

C’est sûr, en ce monde troublé, il y a vraiment de quoi perdre le sommeil. L’œil ne voit que malheur et injustice. L’oreille n’entend que bruits de guerre et catastrophes retentissantes. Au milieu de ce marasme, rien d’étonnant à ce que plusieurs s’écrient: « Qui nous fera voir le bonheur? »

À l’évidence, les biens peuvent abonder, la notoriété, la gloire et la prospérité être au rendez-vous sans que l’âme n’en soit pourtant moins ennuyée. Les richesses de ce siècle ne sont manifestement pas suffisantes pour apaiser le cœur angoissé. Non, le fardeau est bien trop lourd. Pour ainsi dire, tel individu semble porter maintenant tout le poids du monde. On peut bien tout lui offrir, rien ne parvient jamais à le satisfaire durablement, à combler ses profondes aspirations. Et pour cause, ici-bas, personne n’est en mesure d’apporter les réponses à ses sérieuses préoccupations, à son mal-être. Pour lui, il l’a bien compris: tout n’est que vanité. « À quoi bon s’affairer, courir et s’épuiser? » s’interroge-t-il. Quoi qu’il fasse, le même schéma tragique se répète inlassablement: l’homme naît, vit, et finit invariablement par mourir. Quelle navrante perspective!

En somme, une chose essentielle fait défaut: l’espérance. Sans elle, impossible de parvenir à un quelconque contentement. Seul dans ce monde hostile, froid et impitoyable, le malheureux n’a alors rien à attendre de meilleur. À présent, le voici soupirant ardemment après une parole capable de transformer son existence, capable d’éclairer ses ténèbres. Tout, il donnerait absolument tout pour que quelqu’un le rassure, lui donne des garanties sur la destinée de son âme, son sort éternel. Naturellement, de telles promesses ne peuvent qu’être d’origine céleste.

Aujourd’hui, à la faveur de la grâce de Dieu, tout peut changer. Pourquoi? Car ce précieux Sauveur tant désiré a été donné: Christ est venu chercher et sauver ce qui était perdu. Dorénavant, si un homme tourne les regards vers Lui, il est rayonnant de joie. La lumière du monde a paru; l’horizon autrefois si obscur devient clair et limpide. Brusquement, les peines d’hier s’envolent. Désormais, la foi en Jésus ouvre la voie à un avenir glorieux où amour, paix et allégresse durent toujours. Définitivement, les trésors de la terre ont perdu leur attrait. Les yeux des saints ne sont plus rivés que sur un seul objet: l’héritage incorruptible et inviolable qui leur est réservé dans le ciel, auprès de Christ leur Sauveur!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *