Select Page

Philippiens 4.11

Philippiens 4.11

Philippiens 4.11
Je ne dis pas cela par rapport à mon indigence; car j’ai appris à être content de l’état où je me trouve. Je sais être dans l’abaissement, je sais aussi être dans l’abondance; en tout et partout, j’ai appris à être rassasié et à avoir faim; à être dans l’abondance, et à être dans la disette.

Ne l’avons-nous pas remarqué, l’homme se crée sans cesse de nouveaux besoins. À peine a-t-il pu en combler un que le suivant a déjà paru et réamorce sa convoitise de plus belle. C’est un fait indéniable, le monde enseigne à envier toujours plus de richesses, d’honneurs et de confort. Après tout, ne dit-on pas avec raison que l’homme est un éternel insatisfait? Quelle servitude! Son cœur ne trouve jamais le repos, il reste continuellement en travail. Aussi, si l’espoir du gain tant désiré est déçu, voici que le cœur se remplit tout à coup d’amertume et de jalousie.

Pourtant, si l’homme prenait un peu de recul, sans doute se rendrait-il compte des nombreux sujets qu’il a de rendre grâces à Dieu. Peut-être apprendrait-il à apprécier avec reconnaissance tous les bienfaits dont Dieu l’a favorisé. Un dicton populaire affirme que le bonheur ne se reconnait qu’au bruit qu’il fait en partant. Malheureusement, force est de constater qu’il se vérifie bien des fois.

Quant à nous, qui croyons dans le Nom de Jésus-Christ, quel motif de mécontentement pourrions-nous exprimer? Ce ne sont certes pas après les richesses ni les grandeurs de la terre que nous soupirons. Réalisons-le bien, elles passeront et laisseront les infortunés qui y ont investi désemparés et tout désolés. Pour nous, les choses qui nous occupent, et font notre joie, sont celles d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. La perspective de l’éternité bienheureuse auprès du Seigneur, voici notre bonheur! Notre vie de piété en Jésus-Christ, voici notre contentement! Ce n’est pas à dire que nions les besoins matériels présents, pas du tout! Néanmoins, quant à ceux-là, nous sommes assurés que le Père non seulement les connaît mais qu’Il y pourvoit généreusement!

C’est pourquoi, le cœur heureux et satisfait, faisons nôtre cette parole prononcée par l’apôtre Paul: « Ainsi, pourvu que nous ayons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. »

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *