Select Page

L’appel de Christ

L’appel de Christ

« Tout ce que le Père me donne viendra à moi, et je ne mettrai point dehors celui qui vient à moi. »
Jean 6.37

Cette parole de Christ qui nous est rapportée dans l’Évangile de Jean a vivement touché mon cœur lorsque je l’ai entendue à l’occasion d’une rencontre organisée par une église évangélique. Il était question d’un Dieu qui acceptait quiconque venait à lui, un Dieu qui ne se présentait pas comme un accusateur mais qui, au contraire, était prêt à m’accueillir tel que j’étais.

Je n’avais que seize ans, mais j’avais déjà fait beaucoup d’expériences malheureuses. J’avais reçu une bonne éducation dans une famille qui prônait des valeurs respectables, mais ma vie a chaviré lorsqu’à l’adolescence, j’ai préféré emprunter des chemins tortueux. J’ai plongé dans l’alcool et la drogue, je me suis joint à une bande peu recommandable, etc.

J’avais l’apparence d’un voyou, d’un jeune qu’on évite de fréquenter, mais au fond du cœur, j’avais un grand vide qui, je le sais aujourd’hui, avait la forme de Dieu. À force de consommer de l’alcool et de me bagarrer, je me suis retrouvé un jour en triste état, à tel point que j’ai dû aller à l’hôpital, puis en convalescence chez mon frère à Marseille.

C’est alors que j’ai entendu parler de l’évangile avec simplicité et profondeur. Mon frère m’a expliqué que Jésus-Christ avait changé sa vie. Pendant ce temps, sans que je le sache, l’un de mes anciens copains a organisé un cambriolage qui a mal tourné. Aujourd’hui, je me demande encore ce que je serais devenu si je n’étais pas descendu dans le Sud pour entendre parler du Dieu qui sauve. Mais le Seigneur a des bons plans pour nous !

Plus tard, je suis retourné dans ma région et j’ai cherché à approfondir ma connaissance de l’Évangile.

Cette soif de Dieu était si forte en moi qu’un jour, dans l’un de mes bars préférés, je ne suis plus arrivé à boire les verres de rhum posés sur ma table de comptoir. Mes copains – de vrais piliers de bistrot – ne comprenaient pas ce qui m’arrivait, moi non plus d’ailleurs ! Je ne pouvais plus rester à cet endroit : l’Esprit du Seigneur agissait dans mon cœur, à tel point que je suis sorti pour aller rejoindre des chrétiens à une réunion de jeunesse et entendre parler de Jésus, le Fils de Dieu. L’appel de Christ dans mon cœur a été plus fort que l’alcool, les copains et le reste…

J’avais été renvoyé de mon école avant seize ans et je n’étais plus solarisé, mais j’ai entendu la voix du Seigneur me dire : « Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi » !
Je suis venu à lui, j’ai plié les genoux devant Dieu et je lui ai confié toute ma détresse et ma faillite. Ce soir-là, mon cœur s’est vidé de ses craintes et de sa haine. Ce soir-là, Christ est venu à ma rencontre pour me décharger de mes fardeaux trop pesants. Ce soir-là, une nouvelle vie a commencé, car Jésus-Christ est devenu mon Sauveur. En fait, j’ai trouvé en lui le seul Sauveur, le seul Seigneur capable de dire encore aujourd’hui: « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11.28). Il vous lance cet appel aujourd’hui !

[Témoignage de Christophe]


Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *