Select Page

Ezéchiel 18.31-32

Ezéchiel 18.31-32

Ezéchiel 18.31-32
Rejetez loin de vous toutes les transgressions dont vous vous êtes rendus coupables, et faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau; car pourquoi mourriez-vous, ô maison d’Israël? En effet, je ne prends point plaisir à la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur l’Éternel; convertissez-vous et vivez!

Pourquoi mourrions-nous? Regardons attentivement, Dieu nous a donné un si grand Sauveur! Maintenant, à nous de prendre part à ce grand salut. Surtout, ne le négligeons pas. Autrement, comment échapperons-nous? C’est un fait, la grâce a été manifestée; le Christ l’a apportée en même temps que la vérité. Bien entendu, si quelqu’un la méprise, il ne lui reste plus rien à espérer. Après tout, Dieu a livré jusqu’à Son propre Fils pour sauver l’humanité coupable. Que pourrait-Il faire de plus?

Bien sûr, par nature, l’homme est un enfant de colère. Il est pécheur, vendu au péché. Evidemment, sans secours extérieur, son cas est désespéré. Sa seule attente est celle du terrible jugement divin qui doit l’atteindre, tôt ou tard. Or, voici qu’au milieu de la nuit, la lumière a paru. Soudain, un espoir fou s’est fait jour, celui d’une réconciliation possible avec Celui qu’il a tant offensé. Christ est venu lui offrir la paix. Il lui assure que tous ses péchés, si nombreux et si noirs soient-ils, peuvent en un moment être pardonnés. En somme, Il lui offre un nouveau départ, Il lui propose de vivre une vie totalement nouvelle. Quelle heureuse promesse! Quelle perspective extraordinaire! C’est une évidence, jamais homme n’a parlé comme Lui!

À présent, que nous est-il demandé? Le Seigneur répond: « Repentez-vous et croyez à l’Évangile. » Remarquons-le, il n’est question ici ni d’œuvres ni de sacrifices, seulement de foi. Demeurer dans l’amour de Christ, voilà tout ce qui est requis. Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature; les choses vieilles sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Dorénavant, pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’Esprit, il n’y a plus aucune condamnation. Et pour cause, ceux que le Fils affranchit sont véritablement libres. Le péché n’a désormais plus aucun empire sur les rachetés. Le diable tentera bien de les en faire douter. Sûrement viendra-t-il susurrer à leurs oreilles: « Dieu a-t-Il réellement dit? » Peine perdue! Ils résistent au malin et éteignent, par la foi, tous ses dards enflammés. Oui, Dieu fait toujours triompher ceux qui sont en Christ.

Venons à Lui et, certainement, nous l’expérimenterons aussi! Sans plus tarder, convertissons-nous et vivons!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *