Select Page

Exode 14.13

Exode 14.13

Exode 14.13
Et Moïse dit au peuple: Ne craignez point; tenez-vous là, et voyez la délivrance de l’Éternel, qu’il vous accordera aujourd’hui; car les Égyptiens que vous avez vus aujourd’hui, vous ne les reverrez jamais plus.

Sans doute, chacun fait l’expérience de la difficulté d’une marche chrétienne intègre. Le conflit est âpre, violent, et de longue haleine. L’ennemi est coriace et parait n’éprouver aucune lassitude. Continuellement, il revient à l’assaut et engage une guerre d’usure dans l’espoir de voir les moins vaillants baisser les bras. Maintenant, l’adversaire semble plein de ressources, redoutable. Aussi, les fidèles doutent et se demandent s’il en viendront jamais à bout. Evidemment, lorsque l’adversité fond sur soi, cette pensée a de quoi décourager les plus aguerris. Alors, tout est sombre, on ne voit plus la lumière briller à l’horizon. Dorénavant, l’éventualité d’une délivrance au bout du chemin parait s’éloigner de plus en plus.

Toutefois, il est temps, à présent, de remettre les choses dans leurs bonnes perspectives. Oui, il est impératif de se souvenir sous quelle bannière nous combattons. À ce propos, considérons un instant l’épisode de l’affrontement qui opposa David à Goliath. À première vue, le fils de Jessé était sans défense, totalement vulnérable et à la merci du philistin. Cependant, en réalité, ce n’était qu’une apparence trompeuse. David l’avait saisi, il s’agissait non de sa bataille, mais de celle de L’Éternel. Pleinement convaincu, il a pu s’écrier: « Tu marches contre moi avec l’épée, la lance et le javelot; et moi, je marche contre toi au nom de l’Éternel des armées […] ». Naturellement, l’issue de ce duel est connu de tous. C’est sûr, Dieu est fidèle, Il combat Lui-même pour Ses bien-aimés.

Prenons un autre exemple, celui d’une lutte bien plus longue. Les Écritures rapportent qu’anciennement, les hébreux gémissaient sous la servitude égyptienne. Certes, ils en ont été affranchis. Pour autant, les oppresseurs n’ont pas cessé immédiatement d’exercer leur influence sur le peuple israélite. Non, bien au contraire, ils les ont poursuivi sans relâche tant qu’ils l’ont pu. Finalement, Dieu les a mis en déroute d’une manière éclatante: la mer Rouge les a tous recouverts. Là, le peuple a vu de ses yeux la délivrance de L’Éternel.

Aujourd’hui, c’est sûr, ces témoignages ont de quoi consoler, et encourager, tous les rachetés de Christ. Dans l’absolu, c’est vrai, ceux-là ont été délivrés de la servitude du péché. Néanmoins, force est de constater que cet aiguillon est toujours là. Le fait est que la mort ne rend pas si facilement les armes. Pour l’heure, il est nécessaire de patienter, de vivre de foi. En attendant le triomphe, les croyants font leur compte qu’ils sont morts au péché, mais vivants à Dieu dans le Christ Jésus. Telle est leur glorieuse espérance. Bientôt, même très bientôt, elle prendra corps. Bientôt, le dernier ennemi sera vaincu. Autrefois, les nombreux assaillants ont été engloutis dans la mer. Et désormais, le peuple fidèle verra cette parole s’accomplir: la mort a été engloutie dans la victoire!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *