Select Page

Esaïe 7.11

Esaïe 7.11

Esaïe 7.11
Demande un signe à l’Éternel ton Dieu; demande-le soit dans les lieux bas, soit dans les lieux élevés.

Naturellement, le propre de la foi est de croire sans avoir vu, d’attendre fermement les choses qu’on espère. Toutefois, c’est sûr, le Seigneur n’est pas loin de chacun de nous. Aussi, ne se laisse-t-Il pas sans témoignage. Oui, Dieu sait parfaitement ce dont Ses fidèles ont besoin, ce qui est propice à leur croissance spirituelle. Le Christ a affirmé que si quelqu’un croit, il verra la gloire de Dieu.

Ce principe tient toujours: à celui qui a, il sera donné encore davantage! Quant à ceux-là, leur foi est sans cesse renforcée. Les voici maintenant entraînés dans un cercle vertueux fait tantôt de temps de sécheresse auxquels succèdent invariablement des temps de rafraîchissement. Au commencement, ils font confiance sans autre garantie que la Parole de Dieu. Ensuite, à l’occasion de quelque circonstance de la vie, le bras de l’Éternel leur est révélé d’une manière plus évidente, tangible. Ce cycle se répète continuellement. À l’issue de chacun d’entre eux, l’attente des croyants en ressort affermie.

Néanmoins, il ne faut pas s’y tromper, c’est bien par la foi que le juste vivra! Tel commettrait une grande erreur s’il en venait à juger sa foi relativement aux signes visibles qu’il perçoit de la part de Dieu. En réalité, celui-là mettrait la charrue avant les bœufs. Certes, ces expériences favorisent le développement de la foi. Par contre, ce ne sont jamais elles qui la produisent! Pour rappel, la foi vient donc de ce qu’on entend; et ce qu’on entend, vient de la parole de Dieu. Croyons d’abord et, après seulement, nous verrons. Non, ne soyons pas avides de signes, ne courons pas après toutes sortes de manifestations spirituelles hasardeuses. Le risque d’en retirer amertume et confusion est bien trop grand!

En somme, tout est question d’équilibre. On nous demande uniquement de croire, d’être disposés à entendre et recevoir la Parole de Dieu. Pour le reste, pourquoi s’en mettre en peine? Nul besoin de chercher à provoquer des contacts avec le Seigneur. Et pour cause, selon Sa promesse, Lui-même viendra à nous. Pour preuve, écoutons plutôt ce que dit le Fils de Dieu: « Celui qui a mes commandements, et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui. » Pour l’heure, gardons Sa Parole et nous en ferons personnellement le constat!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *