Sélectionner une page

Une remise en question

Luc 7.16

Et la crainte les saisit tous, et ils glorifièrent Dieu, en disant: Un grand prophète s’est élevé parmi nous, et Dieu a visité son peuple.

L‘exemple de notre Seigneur Jésus-Christ nous parle sans cesse et nous pousse à nous remettre en question… Prenons l’exemple touchant d’une veuve qui venait de perdre son fils unique: comment Jésus réagit-il et qu’est-ce que cela nous apprend?

• « En voyant la femme » (Luc 7.13): avant tout, Jésus a vu cette femme en détresse, contrairement à l’homme riche qui festoyait sans accorder la moindre attention au pauvre Lazare prostré devant sa porte. Est-ce que je vois les multiples personnes en détresse que je côtoie quotidiennement, ou suis-je trop préoccupé par mes affaires personnelles pour les remarquer?

• « … le Seigneur fut rempli de compassion pour elle »: ai-je compassion de ceux qui m’entourent ou suis-je « blindé »? Ai-je un cœur de pierre ou un cœur de chair?

• « … et lui dit:  » Ne pleure pas » »: ma compassion reste-t-elle muette ou me pousse-t-elle à apporter une parole consolante et encourageante à ceux qui souffrent?

• « Il s’approcha »: est-ce que je tiens prudemment mes distances pour que rien ne dérange ma petite vie tranquille ou est-ce que je vais vers les autres? Est-ce que je me contente de paroles ou est-ce que je passe à l’action?

• « … et toucha le cercueil »: jadis, c’était un geste interdit, mais Jésus n’a pas craint de transgresser les convenances pour ramener ce jeune homme à la vie. Et moi? Est-ce que je vais jusqu’à bousculer l’ordre établi pour « ramener les morts à la vie »?

• « Il dit:  » Jeune homme, je te le dis, lève-toi!  » »: Ai-je l’audace de la foi? Est-ce que j’ose annoncer aux autres le message qui – s’ils l’acceptent – peut les faire passer de la mort éternelle à la vie éternelle?

• Après la résurrection du mort, « Jésus le rendit à sa mère »: est-ce que je contribue à enrichir les autres et à leur rendre leur dignité, leur fierté et tout ce que l’adversaire leur a volé? Le diable est venu « pour dérober, égorger et détruire », mais Jésus s’est interposé « afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance » (Jean 10.10). Suis-je un ambassadeur du Seigneur qui sème autour de lui cette vie abondante? N’est-ce pas la plus belle, la plus sublime de toutes les missions?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *