Select Page

Matthieu 9.12-13

Matthieu 9.12-13

Matthieu 9.12-13
Et Jésus, l’ayant entendu, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui sont en santé qui ont besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal. Mais allez, et apprenez ce que signifie: Je veux la miséricorde, et non pas le sacrifice, car ce ne sont pas des justes que je suis venu appeler à la repentance, mais des pécheurs.

Sans conteste, l’homme est prompt à chercher sa propre gloire. De même, nul ne peut nier qu’il prenne un plaisir certain à asseoir son autorité et dominer sur son prochain. Séduit par son cœur orgueilleux, l’homme croit être quelque chose et s’estime bien meilleur que son compagnon. Sans doute, avons-nous déjà tous constaté cela!

Et pourtant, qu’en est-il réellement? En réalité, cette confiance n’est qu’un tissu de présomptions et ne repose sur aucun fondement solide. Il n’y a qu’à s’enquérir du témoignage des Écritures à ce sujet et, en un instant, nous serons convaincus. L’homme se vante de bien des choses et néanmoins, il n’est rien moins qu’un souffle. Plus encore, nous apprenons que toutes ses justices sont devant le Seigneur comme le linge le plus souillé. À propos de l’homme, le jugement de la Parole de Dieu est catégorique: « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. »

Pour qui craint cette Parole, voici qui met fin à toutes contestations. Où se trouve maintenant le sujet de se glorifier? Nous venons de le découvrir, tous sont sujets à la même condamnation. Certes, l’humilité est la seule attitude qui convienne à l’homme. Le salut ne se mérite pas plus qu’il ne s’achète. Seul Dieu a puissance pour sauver et pour perdre. Notre salut dépend donc uniquement de Sa grâce souveraine. Comprenons-le bien, si notre Dieu ne consent à l’accorder, nous sommes irrémédiablement perdus. L’homme pourra bien amasser oeuvre sur oeuvre, même jusqu’à l’épuisement, sans que cela ne lui tourne jamais à salut.

Or, grâces soient rendues à Dieu, Il a envoyé Jésus-Christ, Son Fils unique, pour nous sauver. Son désir n’est pas que le méchant meure mais qu’il abandonne sa mauvaise voie et qu’il vive. Le Seigneur Jésus est venu pour délivrer de la condamnation ceux qui connaissent qu’ils sont perdus et qui sentent leur misère. A l’égard de telles personnes, le Christ se révèle être le grand Sauveur qui procure une parfaite sécurité. Au contraire, ceux qui persistent à prendre appui sur leur vaine justice, sont déchus de la grâce et séparés de Christ.

Apprenons-le, ce ne sont pas des justes que le Seigneur est venu appeler à la repentance, mais des pécheurs. Que Dieu, dans Sa grâce, nous permette de nous reconnaître tels! Alors, nous nous réjouirons continuellement! Oui, nous serons heureux car nous trouverons le pardon, la réconciliation et la paix auprès du Christ Rédempteur!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *