Select Page

L’importance des Écritures!

Romains 10:17

La foi vient donc de ce qu’on entend; et ce qu’on entend, vient de la parole de Dieu.

Ce qui expliquait le manque de fermetés des Hébreux et le danger qu’ils couraient de rétrograder jusqu’à abandonner la profession de leur espérance était leur connaissance superficielle de la personne et de l’oeuvre de Jésus, pourtant merveilleusement annoncées d’avance dans leurs propres Écritures.

Aussi l’Épître qui leur est adressée est-elle un appel à rester fermes dans la foi au Fils de Dieu, dont les gloires étincelaient déjà dans Moïse et les prophètes. Mais à ce point, l’auteur inspiré s’interrompt pour déplorer le peu d’enracinement de ses destinataires dans les vérités si importantes du volume sacré.

« Nous avons beaucoup à dire là-dessus et des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre. Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide. Or, quiconque en est au lait n’a pas l’expérience de la parole de justice; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. » (Hébreux 5:11-14).

Ne devrions-nous pas reconnaître que ce reproche s’applique avec tout autant d’à-propos à bien des croyants de notre génération? N’est-il pas navrant de voir certains membres d’Églises témoigner si peu d’intérêt pour les Écritures et par conséquent comprendre si peu les glorieuses vérités qu’elles révèlent?

Est-il donc étonnant de les voir faire si peu de progrès et de les trouver si constamment en danger de retourner au monde ou à une coupable apathie? N’est-il pas terrifiant de voir certains d’entre eux, après des années, ne pas même savoir où se trouvent les différents livres de la Bible?

Sur quoi et sur quelles bases peut donc reposer leur foi? Et peut-on réellement parler de foi en quelque chose que l’on ne connaît pas?

La situation des Hébreux était d’autant plus sérieuse que leur condition rendait plusieurs d’entre eux impropres à recevoir l’enseignement solide qui seul aurait pu les affermir pour surmonter les difficultés auxquelles ils se trouvaient exposés.

En ces jours fâcheux dans lesquels nous sommes, soyons de ceux qui serrent la Parole de Dieu dans leurs cœurs.

Méditons-là.
Étudions-la.

Aimons-la.

Elle seule peut nous rendre capables d’imiter ceux qui « par la foi et la persévérance, héritent des promesses. » (Hébreux 6:12).

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *