Select Page

Jérémie 9.23-24

Jérémie 9.23-24

Jérémie 9.23-24
Ainsi a dit l’Éternel: Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse; que le fort ne se glorifie pas de sa force, et que le riche ne se glorifie pas de sa richesse. Mais que celui qui se glorifie, se glorifie de ce qu’il a de l’intelligence, et qu’il me connaît, et qu’il sait que je suis l’Éternel qui exerce la miséricorde, le droit et la justice sur la terre; car c’est en ces choses que je prends plaisir, dit l’Éternel.

L’homme peut bien amasser des trésors dans ses greniers et augmenter sa science. Néanmoins, si ce sont ici ses seuls biens, il ne possède que peu de choses en réalité. Au jour de la détresse, à qui criera-t-il? Qui répondra à ses angoisses et aura compassion de lui? Sa folle sagesse le délivrera-t-elle? Ses richesses lui porteront-elles secours? Non, bien évidemment. Reconnaissons-le, la ruine est la seule issue de l’homme qui s’assure ainsi. Bien qu’il ne le sache pas, et malgré les apparences dont il se pare, un tel homme est malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu.

La connaissance du Seigneur Jésus, voici ce qui nous enrichit réellement. Indiscutablement, rien ne nous est d’un réel profit sinon de croire que Jésus est le Christ. N’en doutons pas, il n’est rien qui soit plus précieux que de Le connaître. En comparaison, tout le reste est absolument sans valeur. « Pourquoi? » dira quelqu’un? Tout simplement car, sous le ciel, il n’y a aucun autre Nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés. Qui a le Fils, a la vie; qui n’a point le Fils de Dieu, n’a point la vie. En d’autres termes, privés de Lui, nous voici misérables et dans le dénuement le plus total. En revanche, quant à ceux qui appartiennent à Christ, toutes choses sont à eux.

C’est pourquoi, quelle que soit notre fortune en ce monde, surtout veillons à ne pas en faire notre gloire. Elle ne durera pas. Plutôt, réjouissons-nous dans le Seigneur. Chérissons plus que tout autre chose la relation entretenue avec Christ notre Sauveur. Sans l’ombre d’un doute, il s’agit de la bonne part qui ne nous sera jamais ôtée!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *