Sélectionner une page

Jacques 5.14-15

Jacques 5.14-15

Jacques 5.14-15
Quelqu’un est-il malade parmi vous? qu’il appelle les Anciens de l’Eglise, et que ceux-ci prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur. Et la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés.

C’est une certitude, le Seigneur Jésus est le même hier, et aujourd’hui, et pour l’éternité. Il n’a rien perdu de Sa vertu pour guérir l’homme qui s’approche de Lui. C’est absolument vrai, par Sa meurtrissure nous avons été guéris. Autrement, l’Oeuvre de la croix aurait été vaine, le sang de l’Agneau aurait coulé inutilement. Qui peut imaginer cela? Impensable!

Aussi, le peuple chrétien est-il maintenant invité à le croire fermement, à exercer la foi. En dépit de ce que l’œil voit, les croyants doivent résister, résister aux pensées incrédules. Non, Dieu n’est ni lointain ni indifférent au sujet de Ses enfants. Rien n’est plus éloigné de la vérité. C’est sûr, le Seigneur a soin de Ses bien-aimés, bien au-delà de ce qu’ils peuvent penser. Après tout, qui peut soupçonner le contraire? Dieu n’en fait aucun mystère, Il aime les hommes. Pour preuve, Il a livré Son propre Fils pour le salut de l’humanité.

Désormais, le moment est venu de dépasser ces sinistres doutes, définitivement. Ayons simplement confiance, la prière du juste a une grande efficacité. De toute évidence, il est bon d’invoquer le Seigneur pour Lui faire part de nos besoins. Peut-être l’effet ne succède-t-il pas immédiatement la requête, qu’importe! Est-ce à dire qu’elle soit rejetée pour autant? Non, bien entendu. L’exaucement survient au temps convenable. Naturellement, ce n’est pas à nous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. En somme, quant aux fidèles, persévérance et patience sont de mise.

À présent, si quelqu’un est malade, le découragement n’est certes pas une option envisageable. La Parole de Dieu indique clairement aux lecteurs la marche à suivre, à eux de la pratiquer. Alors, que faire? Solliciter les anciens de nos assemblées. Ceux-là sont avancés dans la foi et la piété en Christ. Ils sauront assister et accompagner dans leur démarche les frères, et sœurs, qui font appel à eux. Oui, avec ferveur, ils intercéderont en leur faveur auprès du Seigneur. Croyons-le, la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *