Select Page

Esaïe 26.8-9

Esaïe 26.8-9

Esaïe 26.8-9
Aussi nous nous attendons à toi, Éternel, dans la voie de tes jugements; ton nom et ton souvenir sont le désir de notre âme. Mon âme te désire la nuit, et au-dedans de moi mon cœur te cherche; car, lorsque tes jugements sont sur la terre, les habitants du monde apprennent la justice.

Indéniablement, qui parcourt les Écritures en fera le constat: la véritable justice ne réside qu’en Dieu seul. Il est parfait, aucune défaillance ne se trouve en Lui. Non, ni ténèbres ni iniquité ne ternissent Son éclat. Il est Lumière!

Quant à l’homme, même ceux dont la Parole de Dieu rend le meilleur témoignage n’ont jamais été absolument sans reproche. Toujours, ils ont manifesté des faiblesses durant leur marche. Le fait est que le péché gâte tout et prive l’être humain de toute justice. Il suffit d’une tâche pour que l’ensemble soit contaminé, réprouvé. Oui, la justice de l’homme est comme un linge souillé.

Dorénavant, inutile de persister dans cette voie, l’issue en est fâcheuse. Par nos efforts, impossible d’atteindre au standard de justice exigé par le Seigneur. Évidemment, cet objectif est totalement hors de notre portée. Il est nécessaire d’en avoir conscience. Autrement, nous ne ferions qu’ajouter effort sur effort pour n’obtenir finalement qu’un piètre résultat, insatisfaisant et médiocre. Maintenant, laissons tout cela derrière nous.

Aujourd’hui, il y a de l’espoir! Véritablement, nous pouvons parvenir à une justice parfaite! Seulement, ce n’est pas en l’homme, et ses capacités, qu’il faut la chercher. Il est indispensable de regarder plus haut, bien plus haut! Écoutons, Dieu nous interpelle: « Vous tous les bouts de la terre, regardez vers Moi, et soyez sauvés […]. » Voici notre salut, il vient de l’Éternel! Qui désire être revêtu d’une justice sans faille doit prendre garde à cette invitation. Il est temps désormais de considérer l’Oeuvre accomplie par le Fils de Dieu. À la croix, nous apercevons l’Agneau de Dieu souffrant à cause de nos péchés, donnant Sa vie pour racheter la nôtre. À la croix, les yeux écarquillés, nous en prenons conscience: notre dette est payée, notre rançon acquittée. À présent, le péché est aboli. Heureuse nouvelle, qui croit en Christ n’est plus sous le coup de la condamnation! Il est paré d’un vêtement propre, net de toute souillure. La justice que nous ne pouvions obtenir par notre travail nous est imputée gratuitement. En somme, nous récoltons les fruits du labeur d’un autre. Quel bonheur pour ceux qui ont faim et soif de justice, ils seront rassasiés!

Une seule chose reste à faire, venir humblement au Seigneur Jésus. Que personne n’hésite à franchir le pas, tous seront reçus. Et pour cause, Christ est venu pour chercher et sauver ce qui était perdu.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *