Select Page

1 Jean 5.18-19

1 Jean 5.18-19

1 Jean 5.18-19
Nous savons que quiconque est né de Dieu, ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu, se conserve lui-même, et le malin ne le touche point. Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est plongé dans le mal.

De toute évidence, les aspirations de celui qui a été engendré de Dieu sont célestes. Tout à coup, les choses de la terre perdent de leur superbe. L’avons-nous remarqué, ce qui autrefois attirait tant nos yeux nous parait aujourd’hui tellement fade et insipide. Il n’est rien d’étonnant à cela: nous avons trouvé la perle de grand prix. Nous avons connu que Dieu nous aime. Quelle découverte extraordinaire!

Nous vivions sans nous soucier de Lui, nous nous réjouissions de vanités sans discerner ni notre profonde misère ni l’issue fatale de notre voie. Et maintenant, nous avons aperçu la grâce infinie que Dieu a déployée en notre faveur. Christ le Sauveur nous a été présenté, Sa croix a été mise devant nos yeux. Là, nous voyons tout à la fois l’horreur de notre péché mais aussi sa fin. Face à ce spectacle, une foule de pensées contradictoires se bousculent dans nos cœurs. Nous voyons le Juste qui souffre à notre place. À cet instant, nous comprenons tout à fait que Dieu est juste. La chose est claire: le péché est une affaire sérieuse, il ne reste jamais impuni. Ici, avec effroi, nous le voyons condamné dans la chair. Nous trouvons aussi offert à notre regard l’amour de Dieu, Il n’a pas épargné Son propre Fils. Il ne s’est pas résolu à nous abandonner à notre sort. Considérant tout cela, nous sommes comme frappés, agités par le sentiment de notre indignité, de notre légèreté. Dans le même temps, la manifestation de la grâce de Dieu nous remplit de tant de reconnaissance.

À présent, nous contemplons le Sauveur merveilleux et nous L’adorons. Il a plaidé pour nous, Il a racheté nos âmes les retirant de la fosse de destruction. Tout est accompli, une paix profonde remplit notre cœur. Désormais, nous croyons dans le Nom de Jésus. Nous sommes nés de Dieu. Le monde et ses ténèbres n’ont plus d’emprise, nous appartenons au Seigneur Jésus. Si toutefois, puisque cela est possible, il arrive que nous succombions à tel ou tel péché, nous ne demeurons pas dans cette situation. Non, incontinent, humiliés et repentants, nous revenons au Christ Jésus en quête de pardon et de restauration. Quoi qu’il en soit, notre désir et notre attente tendent toujours vers le Seigneur. Oui, nous désirons Le connaître. Oui, nous désirons de nous réjouir continuellement en Lui!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *