Sélectionner une page

Une occasion manquée

Apocalypse 3.20

Voici, je me tiens à la porte, et je frappe; si quelqu’un entend ma voix et m’ouvre la porte, j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi.

Avec des expressions très poétiques, le Cantique des cantiques nous décrit une rencontre manquée, celle d’une jeune femme avec son bien-aimé. Celui-ci frappe (Cantique des cantiques 5.2), de même que Jésus frappe à la porte de notre cœur.

Hélas, il ne frappe pas à un moment qui convient à la bien-aimée, puisque celle-ci est endormie. Bien sûr, son cœur veille; elle éprouve des sentiments pour lui. Elle est émue par son appel si tendre : « Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, ma colombe, ma parfaite! » Mais elle hésite: « J’ai enlevé mon habit. Comment pourrais-je le remettre? J’ai lavé mes pieds. Comment pourrai-je les salir? »

Quels sont les obstacles qui nous empêchent de venir au Seigneur? Frappe-t-il à une heure qui ne nous convient pas? Nous bouscule-t-il dans nos habitudes, comme cette jeune femme qui hésite à se rhabiller, à se salir? Pourtant, cela ne lui demanderait guère d’efforts! Nous sommes peut-être émus, comme elle; mais notre inertie est la plus forte. Nous hésitons trop longtemps.

Quand la jeune femme se lève enfin, il est trop tard. Son bien-aimé n’est plus là. Elle doit courir à sa recherche… Combien elle regrette son indécision!

« Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur » (Hébreux 4.7). Ne manquez surtout pas le rendez-vous le plus important de votre vie!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *