Sélectionner une page

Danger Occultisme

Deutéronome 18.10

Il ne se trouvera personne parmi toi qui fasse passer par le feu son fils ou sa fille; ni devin, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien […].

Connaître son avenir! Voilà une préoccupation qui en agite beaucoup. Les questions touchant le futur fusent dans le cœur de l’homme. D’ailleurs, le monde ne s’y est pas trompé et propose une offre toujours plus complète et séduisante pour répondre aux interrogations de l’homme! Chacun innove afin d’exploiter ce filon de manière à pouvoir en tirer son propre profit (Proverbes 1.19). En effet, nous sommes chaque jour exposés aux propositions aguicheuses de ceux et celles qui pratiquent les arts divinatoires et qui, par quelques paroles trompeuses chèrement rémunérées, enserrent leurs victimes dans des liens ténébreux desquels elles ne pourront plus se défaire (Psaumes 116.3)! C’est ainsi que nous voyons les guérisseurs, les voyants, ou autre magiciens mais également les sciences occultes, comme l’astrologie ou encore les horoscopes, s’immiscer dans notre vie quotidienne ainsi que dans nos foyers. De plus, ceci se fait de manière si pernicieuse et sournoise qu’à force d’y être sans arrêt confrontés, la dangerosité de ces pratiques tend à s’amoindrir dans nos esprits favorisant ainsi leur installation au milieu de nous jusqu’au point où elles nous seront si habituelles et familières que nous ne nous en mettrons même plus en peine!

Mais lorsqu’on se livre à l’occultisme, qui donc invoquons-nous et qui interrogeons-nous? Nous sommes-nous déjà posés la question? Si l’on nous répond que ce sont les défunts que nous questionnons, il s’agit de nécromancie, ce que la Parole de Dieu condamne avec fermeté et sans aucun doute possible (Deutéronome 18.11)! De plus, les Écritures attestent que les morts ne savent rien, que leur mémoire est oubliée (Ecclésiaste 9.5) et que dans le séjour des morts, il n’y ni oeuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse (Ecclésiaste 9.10). La paroi entre les vivants et les morts est donc étanche et il ne nous est pas permi de les invoquer (1 Chroniques 10.13)! Ayant reconnu que les morts ne peuvent répondre aux invocations que nous leur adressons, l’on pourrait encore répliquer que c’est Dieu qui est invoqué et que les informations que nous recevons, par le moyen des diverses pratiques occultes, émanent de Lui. Cependant, c’est là aussi une erreur, car il est écrit que notre Seigneur Jésus-Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie mais aussi que nul ne vient au Père que par Lui (Jean 14.6)! Les Ecritures attestent également de manière certaine qu’il n’est aucun autre Médiateur entre Dieu et les hommes que Jésus-Christ, homme (1 Timothée 2.5)! Ainsi donc, nul ne peut s’approcher du Père si ce n’est par le Fils (Luc 10.22). Dieu n’est donc pas non plus l’Auteur des messages et autres indications paranormales que distillent les voyants et autre diseurs de bonne aventure (Esaïe 19.3)! Si la communion de ces personnes n’est ni avec le Tout Puissant ni avec les morts, il ne reste plus guère d’autre alternative que celle d’esprits mauvais et mensongers (2 Thessaloniciens 2.11) qui n’ont d’autres objectifs que d’asservir les hommes et de les détruire.

Pour autant, cette recherche de connaissance trahit dans le coeur de l’homme une grande et réelle inquiétude quant au lendemain qu’il souhaite étancher à n’importe quel prix, quand bien même il doit lui en coûter son âme! En effet, comment pourrait-il en être autrement, si se croyant être seul au monde (Ephésiens 2.12) et livré au règne et à la servitude du hasard, il n’a à sa disposition d’autre appui sur lequel fonder sa confiance que les paroles mensongères que le monde veut bien lui donner pour se construire (Matthieu 7.26)? Les Ecritures Saintes attestent pourtant que Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle (Jean 3.16)!

Ainsi, Dieu a pourvu parfaitement, dans Sa grâce, à chacune des nécessités vitales de l’homme! En effet, il est écrit que nous avons tout pleinement en Jésus-Christ (Colossiens 2.10). Par conséquent, chacun des besoins de l’homme trouvera une réponse parfaite et appropriée en Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur (2 Pierre 1.11), au point que toutes angoisses et toutes craintes seront comblées et vidées de leur substance par l’Amour parfait que Dieu suscitera par Son Esprit dans son cœur (1 Jean 4.18)! Le Seigneur Jésus-Christ a, en effet, exhorté les Siens à ne s’inquiéter de rien (Luc 12.22) en attestant que demain aura soin de ce qui le regarde (Matthieu 6.34) et en nous invitant à marcher avec cette confiance que non seulement le Père connaît nos moindres besoins mais qu’Il y pourvoit aussi (Matthieu 6.32).

Pourquoi encore se préoccuper de l’avenir et nourrir des inquiétudes (Esaïe 41.10) alors que Celui qui a déclaré « Je ne t’abandonnerai et ne te délaisserai pas » (Hébreux 13.5) chemine à nos côtés (Matthieu 28.20)? La Parole de Dieu nous renseigne quant à notre passé en nous déclarant tout ce que nous avons fait (Jean 4.29) avec la condamnation que méritent nos égarements (Romains 1.27) mais elle nous ouvre aussi une merveilleuse perspective d’avenir en ce qu’elle nous révèle Jésus-Christ, le Sauveur du monde (1 Jean 4.14), qui a donné Sa vie (1 Jean 3.16) pour nous afin de nous donner un avenir et une espérance glorieuse et éternelle (Jérémie 29.11)! Si nous sommes en Jésus-Christ, nous savons qu’il n’y a plus aucune condamnation qui pèse sur nous (Romains 8.1), que nous avons pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle (Romains 6.22). Qu’avons-nous donc encore à faire de consulter des voyants ou toute autre source mensongère (Jonas 2.8) pour trouver repos et consolation quand Celui qui a fait les siècles (Hébreux 1.2) nous conserve Sa grâce et Sa bienveillance (Jérémie 31.3)?

Puissions-nous donc, par la grâce de Dieu, rejeter toute curiosité malsaine de nos cœurs pour trouver notre contentement dans les choses qu’il Lui a plu de nous révéler (Deutéronome 29.29) et en Lui faisant entièrement confiance non seulement en ce qui concerne le jour présent mais également pour notre lendemain et pour toute notre éternité car c’est là que nous trouverons la paix et le repos pour nos âmes (Matthieu 11.29)!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *