Select Page

Colossiens 3.22-24

Colossiens 3.22-24

Colossiens 3.22-24
Serviteurs, obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair, ne servant pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes; mais avec simplicité de cœur dans la crainte de Dieu. Et quoi que vous fassiez, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur, et non pour les hommes; Sachant que vous recevrez du Seigneur la récompense de l’héritage, car vous servez Christ le Seigneur.

Indiscutablement, se soumettre aux autorités sans discussion n’est pas toujours chose aisée. Sans doute, cette déclaration ne surprend-elle personne. Nous ne l’ignorons pas, le cœur humain est rebelle et orgueilleux. L’homme revendique son indépendance et se plait à faire tout ce qu’il lui semble bon sans en rendre compte.

Néanmoins, pour ce qui concerne les disciples du Christ, tout est différent. Le chrétien a renoncé à sa propre vie, à sa propre volonté, et à ses propres intérêts. Désormais, il vit pour Celui qui est mort et ressuscité pour lui. Il recherche les intérêts de son Sauveur au mépris des siens. Par conséquent, sans ménagement, le disciple de Jésus-Christ s’emploie à rendre admirable la doctrine de son Dieu aux yeux de tous. Il ne peut souffrir que celle-ci soit blasphémée à cause de lui.

Incontestablement, ceci ne va pas sans peine et sans souffrance. À n’en pas douter, renoncer à soi, à ses prétentions et à ses désirs est un exercice fort délicat. Assurément, mortifier les actions de la chair est un exercice fort difficile! Se soumettre aux autorités en place et, notamment, obéir à nos supérieurs avec simplicité de cœur demande de l’humilité, d’autant plus lorsqu’ils sont difficiles! Toutefois, n’oublions pas pourquoi nous le faisons.

Nous serons heureux si nos vies parlent de l’Amour du Christ et qu’elles contribuent au progrès de l’Évangile, n’est-ce pas vrai? Aussi, par dessus tout, n’oublions pas qui nous servons! Nous servons Christ le Seigneur. Voici, notre Maître est doux et humble de cœur. Sachons nous en souvenir lorsque nous sommes accablés et éprouvés. Alors, nous reprendrons courage! Nous nous emploierons pour plaire au Seigneur, et non aux hommes! Armés de cette pensée, non seulement nous pourrons nous soumettre, mais en plus, nous pourrons le faire de bon cœur! Quelle grande différence!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *