Sélectionner une page

Cantique des Cantiques 2.11-12

Cantique des Cantiques 2.11-12

Cantique des Cantiques 2.11-12
Car voici, l’hiver est passé, la pluie a cessé, elle s’en est allée; Les fleurs paraissent sur la terre, le temps des chansons est venu, et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes.

Cantique des Cantiques 2.11-12

Verset du jour

Chacun le sait, la vie de la terre est ponctuée par des saisons. Ensemble, elles forment un cycle qui dure indéfiniment. Naturellement, les quatre saisons sont de caractères distincts et ne se ressemblent en rien. Le printemps, fleuri et gai, est annonciateur de la chaleur de l’été à venir. La période estivale fait place à la fraîcheur de l’automne. L’hiver, rude et glacial, a raison de lui et domine rigoureusement en son temps. Puis, enfin, il s’incline à la faveur du printemps qui apporte ses promesses de douceur et de renouveau.

Selon toute vraisemblance, la foi aussi connaît ses saisons, tantôt faites d’abondance et tantôt d’aridité. Elle est vivante, elle évolue, elle grandit et se développe à force d’adversités vaincues. Aussi, tour à tour, les rires prennent le pas sur les larmes, et les matins joyeux se substituent aux sanglots du soir. Tout à coup, les déserts, hier encore si inféconds, sont transformés en oasis, en terres fertiles.

Non, incontestablement, l’aventure de la foi est loin d’être monotone. Au contraire, elle ouvre la voie à des expériences diverses et variées, hautes en couleur, enthousiasmantes autant que passionnantes! Certes, la lutte à mener est épique, exigeante, difficile, mais ô combien enrichissante! Aux montagnes, la foi ordonne maintenant de se jeter dans la mer. Aux impossibilités apparentes, avec autorité, elle affirme la puissance et la souveraineté de Dieu. Forte de ces victoires qui s’accumulent, la vigueur de la foi va toujours grandissante. À présent, le bien-aimé qui la possède sait, avec certitude, que Christ a le pouvoir de rebâtir sur d’anciennes ruines. Que le cœur du fidèle soit comme une terre brûlée, ou laissée en jachère, ne le trouble guère. À l’évidence, la sécheresse n’est que temporaire. Bientôt, même avant longtemps, le croyant sait que le sol sera à nouveau verdoyant et parsemé de fleurs. Et pour cause, Christ a promis que des fleuves d’eau vive coulerait de son sein.

Aujourd’hui, qu’attendons-nous? Il est encore temps de prendre part à cette extraordinaire odyssée! Écoutons, le Seigneur Jésus y invite tous les hommes! Voici ce qu’Il leur dit: « Repentez-vous et croyez à l’Évangile. »

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *