Sélectionner une page

1 Samuel 2.3

1 Samuel 2.3

1 Samuel 2.3
Ne proférez pas tant de paroles hautaines; que des paroles arrogantes ne sortent pas de votre bouche; car l’Éternel est le Dieu fort qui sait toutes choses; et c’est par lui que les actions sont pesées.

Sans nul doute, nous sommes maîtres des paroles que nous n’avons pas prononcées. Une fois qu’elles sont sorties de notre bouche, qui les rattrapera? Voici, elles s’envolent comme des plumes que le vent emporte. Réalisons-le, la mort et la vie sont au pouvoir de la langue. Aussi, soyons-en conscients, nos mots peuvent engendrer des répercussions désastreuses! Qui sait le mal qu’une parole dure peut induire chez l’un ou l’autre? Indéniablement, il est des blessures qui ne frappent pas l’œil mais qui pourtant sont cause de tant de souffrances. Ne prenons pas le risque d’en porter la responsabilité!

Que faire alors? La Parole de Dieu donne un enseignement sans équivoque à ce sujet: « Qu’il ne sorte de votre bouche aucune mauvaise parole; mais que vos paroles soient propres à édifier utilement, et qu’elles fassent du bien à ceux qui les entendent. » Certes, le défi qui se présente devant nous est considérable. Même avec la meilleure des volontés, quel homme peut prétendre le relever? Où est l’homme parfait qui ne bronche jamais en paroles? Le Seigneur l’a affirmé, c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. Par conséquent, dire de bonnes choses suppose nécessairement que le cœur soit rendu tel. « Impossible! » s’écriera peut-être quelqu’un. Cela, nous ne le nions pas. Effectivement, pour l’homme, cela est hors de portée. Par contre, nous proclamons avec vigueur que toutes choses sont possibles à Dieu.

C’est une certitude, dès à présent, toutes choses peuvent devenir nouvelles. Oui, maintenant, nous pouvons naître de nouveau! « Comment? » nous demandera-t-on désormais. Écoutons le témoignage inspiré: « Quiconque croit que Jésus est le Christ, est engendré de Dieu […]. » Ceux-là qui reçoivent cette parole sont crucifiés avec Christ, et s’ils vivent, ce n’est plus eux, mais c’est Christ qui vit en eux. S’il est ainsi pour nous, notre langue sera-t-elle encore un problème plus longtemps? Non, assurément! Croyons-le, si les sentiments de Jésus-Christ sont en nous, tout comme Lui, nous parlerons avec douceur et humilité. Tout comme Lui, plutôt que de détruire nous édifierons, et plutôt que de donner accès à l’adversaire, nous donnerons gloire à Dieu!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *