Select Page

Exode 33.11

Exode 33.11

Exode 33.11
Et l’Éternel parlait à Moïse face à face, comme un homme parle avec son semblable; puis Moïse retournait au camp; mais son serviteur Josué, jeune homme, fils de Nun, ne quittait point le tabernacle.

« Pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien », telle est la déclaration du psalmiste. Non, il n’existe pas de position qui soit plus désirable que celle-là. C’est une évidence, un jour dans les parvis de Dieu vaut mieux que mille ailleurs. Ici, tout est paix et sérénité. C’est vrai, il y a d’abondantes joies devant la face de Dieu, des délices éternelles à Sa droite. Comme ils sont loin maintenant les plaisirs du monde, comme ils paraissent fades et sans intérêt! En la présence de Dieu, dans la communion qui est avec le Père et Son Fils Jésus, il n’est plus de frustration, rien qui puisse entacher un tant soit peu ce bonheur. Non, tout y est bien, tellement bien. L’âme est rassasiée, enfin elle trouve le contentement. Combien cette perspective est ravissante et réjouissante!

Seulement, ceci suppose au préalable que l’homme ait accès au séjour bienheureux. Or, qui s’approchera de Dieu sans y être invité? Qui aura l’audace de se présenter devant le grand Roi sans y avoir été convié? Avant nous, bien d’autres se sont interrogés à ce propos. David a posé cette question: « Qui habitera sur la montagne de ta sainteté? » Voici ce qui le préoccupait et tourmentait son cœur. Écoutons, il partage avec nous la réponse qu’il a obtenue: « C’est celui qui marche dans l’intégrité, et qui pratique la justice; qui dit la vérité telle qu’elle est en son cœur […]. »

En réalité, voilà de quoi désespérer le plus intègre des hommes! Qui satisfait à ces exigences? Personne, puisque tous ont péché. Tous sont donc privés de la gloire de Dieu. Le fait est qu’avant de prétendre s’approcher de Dieu, l’homme doit être réconcilié et justifié devant Lui. À ce stade, chacun aperçoit sans peine que l’homme se trouve dans une impasse. À moins d’un secours extérieur, l’accès au Père lui est absolument défendu. En un mot, l’homme a désespérément besoin d’un Sauveur!

Aujourd’hui, pour qui reconnait cela, il y a véritablement sujet de tressaillir d’allégresse. Oui, Dieu a fait don de Son Fils. Christ est venu et a acquis une rédemption éternelle. Il a comblé le fossé qui séparait l’homme de Dieu. Qui croit en Lui est désormais rapproché de Dieu, il ne reste plus aucun empêchement. Au Nom de Jésus-Christ, le pardon des péché est accordé, la réconciliation et la justification garanties! À présent, et pour toujours, ces douces paroles résonnent: « Tout est accompli. » Dorénavant, le chemin du trône de la grâce n’est plus interdit. C’est pourquoi, sans crainte et avec reconnaissance, approchons! Le précieux trésor est à notre portée! À notre tour, nous aurons toute liberté pour l’affirmer: « Pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien ».

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *