Select Page

1 Samuel 7.3

1 Samuel 7.3

1 Samuel 7.3
Et Samuel parla à toute la maison d’Israël, en disant: Si vous retournez de tout votre cœur à l’Éternel, ôtez du milieu de vous les dieux étrangers et les Ashtharoth, et rangez votre cœur à l’Éternel, et servez-le lui seul, et il vous délivrera de la main des Philistins.

Evidemment, tous les fidèles aspirent à une marche victorieuse en Christ. Malheureusement, le fait est qu’il est possible de trébucher et d’errer. Oui, en dépit d’un désir sincère de marcher pieusement dans la lumière, il se peut que tel s’égare loin du sentier béni. Aujourd’hui, le voici, parait-il, à nouveau environné de ténèbres. Dès lors, la paix ne se laisse plus trouver. Convaincu de péché, l’homme est troublé, amer, meurtri. La culpabilité pèse si lourdement sur son âme, d’autant plus que toute issue heureuse semble compromise dorénavant. Privé de tout appui, il s’en suit une chute vertigineuse, interminable. Revenir à Dieu? Revenir à la source de vie? Impossible! Le cœur le condamne gravement et en interdit le chemin. Retourner dans le monde? Bien sûr, il est toujours temps de le faire. Toutefois, à quoi bon? Maintenant, la vérité est connue, plus aucun mensonge ne pourra ne substituer à elle. Non, impossible de trouver le repos ici non plus!

Alors, pris au piège dans cette impasse, que faire? Désespérer dans l’attente terrible du jugement? Sûrement pas! Abandonner, baisser les bras, n’est pas une option à envisager, en aucun cas. Il n’est pas trop tard, jamais trop tard, pour revenir de tout son cœur au Seigneur. Indiscutablement, les apparences suggèrent le contraire. Pour l’heure, le cœur ne cesse d’asséner d’innombrables reproches. Qu’importe, l’important n’est pas là. La vraie question est de savoir si, oui ou non, il y a encore lieu pour la repentance. Dieu est-il encore disposé à recevoir celui qui s’est fourvoyé? Si tel est le cas, un espoir demeure. Sinon, mangeons et buvons car, c’est sûr, demain nous mourrons.

Désormais, relevons la tête: l’accès au trône de la grâce reste permis au croyant. Et pour cause, jamais sa justice ne lui a octroyé ce si grand privilège, uniquement celle de son Sauveur. Sur cette base, il reste le bienvenu, comme il l’a été dès le commencement. Une fois de plus, l’évidence se fait jour: tout est question de foi, uniquement de foi. Si quelqu’un est sauvé, c’est par la foi. Si quelqu’un aperçoit quelque changement salutaire dans sa vie, il l’a obtenu par la foi. Si quelqu’un s’approche de Dieu, il le fait aussi par la foi. Voici, Christ est le salut de Dieu, la pierre angulaire. Quiconque entre par Lui, trouvera toujours de la pâture.

Bien entendu, il n’y a ici aucune licence pour le péché; seulement de l’espoir pour les malheureux qui s’y sont abandonnés. Le Seigneur est fidèle et juste pour pardonner et purifier de toute iniquité ceux qui les Lui confessent. À présent, il reste à saisir le bras tendu, à recevoir la délivrance par la grâce. Ne craignons pas, croyons seulement!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *