Sélectionner une page

Jean 6.58

Jean 6.58

Jean 6.58
C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Ce n’est pas comme vos pères qui ont mangé la manne, et ils sont morts; celui qui mangera ce pain vivra éternellement.

Écoutons, l’homme ne vivra pas de pain seulement mais de toutes paroles qui sortent de la bouche de Dieu. Bien sûr, il est nécessaire de nourrir son corps et d’en prendre soin. Autrement, il défaille et bientôt plus aucune vigueur ne se trouvera en lui. Sans conteste, ce qui est vrai de l’enveloppe charnelle vaut également pour l’âme. Oui, il est nécessaire d’en prendre soin, de la restaurer. À défaut, la voici languissante, découragée, éteinte.

Evidemment, une question de tout premier ordre se pose maintenant, celle de la nourriture. Naturellement, chacun sait qu’une alimentation équilibrée est propice à la bonne santé du corps humain. Bien entendu, il en va de même pour l’âme. Sa prospérité dépend du pain qu’on lui donnera. Une bonne parole réjouit le cœur. Seulement, qui sera en mesure de l’apporter? Si quelqu’un regarde au monde, il aura toujours faim. Rien de ce qu’il procure ne profite durablement. Ses joies sont éphémères autant qu’amères. Le fait est que la mort et la vie sont au pouvoir de la langue. L’homme a besoin d’entendre de bonnes nouvelles. Oui, il a désespérément besoin qu’on lui parle avec douceur, grâce et vérité. Or, à part Dieu, qui est capable de cela?

Aujourd’hui, contre toute attente, cet appétit peut être comblé. Le pain vivant, descendu du ciel, a été donné. Voici, Jésus-Christ est ce pain, la Parole faite chair. Le Seigneur offre la satiété, le contentement, à quiconque se nourrit de Lui. Et pour cause, Il délivre les précieuses paroles de Dieu, les paroles de la vie éternelle. Désormais, pourquoi se laisser encore mourir de faim? Il y a de quoi être rassasié dès cet instant! Le Fils de Dieu communique l’inestimable conseil de Dieu, Il met ceux qui L’écoutent dans la confidence. Dès lors, la pensée de Christ est en eux, la Parole de Dieu habite en eux et leurs voies sont réglées selon la saine doctrine du Seigneur. Tout à coup, leur dessein, leur viande, devient le même que celui de Jésus: accomplir, non pas leur volonté, mais celle du Père. Sans doute, personne n’ignore que celui qui accomplit la volonté de Dieu demeure éternellement. Quelle satisfaction et quel délice perpétuels pour l’âme!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *